Les Allemands touchés par la solidarité des Français mais quelques doutes…

Faut-il vraiment des catastrophes pour que Européens se rapprochent ? « Nous avons été solidaires avec vous pour Charlie, vous êtes solidaires avec nous aujourd’hui » a-t-on pu entendre en Allemagne aux premières heures de la catastrophe de l’Airbus 4U9525 de la Germanwings. On venait d’apprendre que la majorité des victimes était allemande.

La chancelière Angela Merkel, après avoir survolé le lieu de la catastrophe en compagnie du Président Hollande, a pris soin de remercier et souhaiter bon courage aux équipes de secours – en français -, comme on a pu brièvement l’entendre au journal de France 2. Devant la presse allemande le 26 mars, évoquant les révélations dramatiques données par la boite noire, elle a une nouvelle fois remercié les autorités françaises et les sauveteurs pour le travail difficile qu’ils réalisent.

La presse allemande dans son ensemble a également salué l’empathie des habitants du village de la Seyne  comme on peut le lire dans un article de la journaliste Barbara Wesel pour la DW : « Les villageois ont réagi à la nouvelle de la catastrophe avec une aide massive, des chambres à coucher ont été mises à disposition, une habitante a préparé un déjeuner pour 200 personnes »…Mais remarquent les journalistes les villageois commencent à se fatiguer, trop de morts, trop de monde et de presse.

Quant au journal à grand tirage BILD, il a interviewé le vendredi 27 mars Olivier Cousin, le chef des sauveteurs et revient sur la difficulté de leur travail -pentes abruptes, glissantes – que l’on a pu voir maintes fois à la télévision allemande. Et le journal précise : les équipes travaillent 10 heures par jour…

Grincements de dents

Pourtant, surprise devant ma télé jeudi soir : le représentant de l’Association des pilotes de Cockpit (Pilotenvereinigung Cockpit) émet des réserves sur la version des faits telle qu’elle vient d’être livrée par le procureur de Marseille. L’ancien ministre des transports Ramsauer invité lui-aussi dans cette émission grand public « Maybritt Illner » n’hésite pas à déclarer : « qui nous dit que la version du procureur français sur un suicide-élargi du co-pilote est exacte ? ». Un procureur peut lui aussi se tromper. Effectivement. Mais l’argumentation prend un tour plus critique encore avec un journaliste-expert de l’aéronautique. Il s’étonne que les données du fichier de la boite noire aient pu être analysées si rapidement et que le procureur soit capable de donner une vision complète du drame. En général ce travail est très long,rappelle-t-il, comme l’avait d’ailleurs annoncé le BEA. Et dans ce cas, ironise-t-il, à quoi sert de chercher la seconde boîte noire ? Et d’affirmer que dans le passé les autorités françaises s’étaient données beaucoup de mal pour éviter que la réputation d’Airbus puisse être entachée. « Les Français croient à tort qu’Airbus est une firme française. Ils oublient qu’elle est aussi allemande et même un peu espagnole ». Donc, en résumé, si l’on suit cette argumentation, les Français auraient un intérêt à dire très vite que le co-pilote est seul responsable de la catastrophe et pas Airbus. Du côté de la Lufthansa, c’est exactement l’inverse. Et voilà, c’en est vite fini de la belle solidarité européenne ! Car à la clé, il y a beaucoup d’argent et des places de travail…

copyright

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s