Les bienfaits de la tempête ou presque…

Quel sale temps ! Même les chiens n’osent plus sortir. C’est dire. Dans le U-Bahn, – le métro – qui m’emmène dans le sud de la ville, une inconnue m’adresse la parole : « ça y est, on est encore en retard. C’est la tempête, comme hier, c’est grave pour moi. » . Je la regarde : elle a le visage usé, un fichu sur la tête. Elle est sans doute turque. Nous sympathisons brièvement. Elle m’explique qu’elle fait des ménages à l’autre bout de la ville et que – tempête ou pas – son employeur ne badine pas avec les horaires. La tempête « Niklas » que nous avons subie pendant trois jours, est pourtant une des pires jamais connues par l’Allemagne ces dernières années. Elle a causé la mort de 9 personnes, interrompu le trafic aérien à Munich et mis le chaos dans les liaisons ferroviaires à Cologne.

Mais avec ses vents atteignant jusqu’à 160km, elle a produit également un record d’électricité : lundi lors du pic de consommation, le parc éolien allemand a produit plus de 30 000 MW d’électricité. Le solaire plus de 13 000MW. Au total, précise donc le Internationale Wirtschaftsforum Regenerative Energien (IWR) (Forum économique international pour les énergies rénouvelables) ce sont près de 44 000 MW qui ont été produits, soit l’équivalent de 40 centrales moyennes à gaz…Et après plusieurs jours de tempête quelques 30 Gigawatts ont été produits, soit l’équivalent de 30 centrales nucléaires. Des performances inimaginables il y a quelques années encore. Formidable donc. De quoi se réjouir…

Réseaux intelligents

Et pourtant : la réalité est décevante. En fait les distributeur d’énergie ont été obligés – comme c’est l’habitude en pareil cas – de réduire la production des centrales. Les réseaux à très haute tension ne sont pas adaptés pour transporter une telle puissance. Et les travaux de modernisation sont extrêmement lents. Ils sont freinés par les nombreuses plaintes d’ associations de citoyens angoissés par l’installation d’un câble très haute tension dans leur voisinage. Résultat : c’est au consommateur de payer.

La déception est d’autant plus grande qu’il existe désormais dans le cadre de ce que l’on appelle les « réseaux intelligents » la possibilité de stocker le surplus d’énergie, dans l’eau par exemple. Cela fonctionne déjà au Danemark. (On pourrait y penser pour la Bretagne où les coupures de courant sont fréquentes). Un article de Manager Magazine explique que « cela permettrait de chauffer gratuitement des millions de foyers dans le nord et l’est de l’Allemagne et éviterait la réduction de production ». Sauf que, peut-on lire dans l’article, « le législateur impose différentes taxes d’un montant total de 12cts par kw/h au distributeur, d’après les calculs du centre de recherche Agora Energiewende (Agora Tournant énergétique) . Du coup cette électricité – pourtant gratuite – est moins rentable que celle produite par les centrales à gaz. »

Mais une bonne nouvelle : contrairement à ce que l’on entendait dire au début de mon travail comme journaliste environnementale et – que l’on peut encore lire dans de nombreux articles ou déclaration – les installations d’ aujourd’hui sont capables de résister à des vents très violents. En Allemagne les éoliennes doivent supporter des vitesses de 60 mètres par secondes (243 km par heure). Mais les experts estiment que dans la réalité elles peuvent résister à des vitesses encore supérieures. Il reste seulement à en faire profiter le consommateur. Car les tempêtes violentes, gageons-le, vont se reproduire.

Lien externe:

Un article de Eur’Activ intitulé « Un réseau électrique en mer pourrait relier les éoliennes de dix pays » et à suivre le prochain Conseil Informel sur l’Energie le 16 avril prochain à Luxembourg

copyright

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s