Crise grecque : nous sommes tous perdants

Il est clair désormais – et malgré la déclaration de Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne – qu’il ne peut y avoir que des perdants à l’issue de la crise grecque. Si tant est qu’il y ait une issue. Les acteurs de cet interminable feuilleton se sont tous d’une manière ou d’une autre discrédités. Mais il y a plus grave : l’idée même de l’Europe – et pas seulement de la zone Euro – est menacée. Et pourtant tout n’est pas perdu… Lire la suite

Publicités