Le crépuscule des dieux de l’automobile

Qui se souvient encore de la fin des « barons allemands de l’acier » ? Piégés par leur propre arrogance, incapables de se remettre en cause et imposant le maintien de structures sclérosées, ils ont sombré corps et biens en entraînant avec eux la chute de la fameuse firme Thyssen-Krupp. Pour certains commentateurs allemands, la comparaison avec la situation de Volkswagen aujourd’hui est appropriée. Deux managers considérés comme des dieux ou presque, Ferdinand Piech et Martin Winterkorn, ont mené leur firme au bord de l’abîme.

Ce qui sidère dans cette affaire c’est l’arrogance ou l’inertie – les deux étant aussi catastrophiques – de la direction de Volkswagen qui n’a pas cru bon de réagir rapidement aux mises en garde des autorités américaines. Confrontés aux résultats des tests de l’EPA (l’agence de l ‘environnement des Etats-Unis) Winterkorn et son équipe rappellent en décembre dernier 400 000 véhicules et promettent de s’améliorer. Dans la réalité ils ne font rien.

Ce qui me choque, c’est que la santé publique, pour ces ingénieurs imbus de leur savoir technologique et âpres au gains, est visiblement considérée comme quantité négligeable. Comment peut-on aller jusqu’à manipuler des millions de voiture, enfreindre la loi américaine, pour imposer le diesel ? Un carburant qui émet du dioxyde d’azote (mal contrôlé, on vient de le constater) et des particules très fines particulièrement nuisibles aux voies respiratoires, notamment chez les enfants, et classées par l’OMS comme « cancérigènes certains ».

Ce qui m’attriste, c’est que des centaines -peut-être des milliers – de travailleurs chez Volkwagen risquent de perdre leur emploi. L’industrie automobile, la colonne vertébrale de l’économie allemande, est en fait un colosse aux pieds d’argile : elle est tributaire d’exportations qui risquent de pâtir sérieusement de ce scandale. Elle est défiée par Google et Apple qui n’attendent qu’une occasion pour s’approprier le domaine automobile.

Assistons-nous au crépuscule des dieux – des fausses divinités – de l’automobile traditionnelle allemande? Le malaise et la chute du jeune patron de BMW lors de son discours de présentation à la Foire de l’automobile à Francfort était peut-être prémonitoire.

copyright elisabeth cadot

Publicités

2 réflexions au sujet de « Le crépuscule des dieux de l’automobile »

  1. En espérant que ce titre est fait uniquement pour conjurer un mauvais présage car en effet cette industrie fait partie de la colonne vertébrale de notre économie européenne. Seule l’arrogance est à bannir. Boris NIKITINE

    J'aime

    • Cette industrie va être obligée de se convertir ou de périr. VW voulait d’ailleurs présenter son nouveau Plug-in-hybrid sur la Tiguan au salon de Francfort! Une annonce qui n’intéresse plus personne aujourd’hui. L’arrogance de vouloir à tout prix devenir le Numéro un les a en effet perdu.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s