L’église catholique monte au créneau

 

Un climat délétère s’est installé en Allemagne. Des batailles rangées entre l’extrême-droite et des réfugiés à Bautzen (petite ville de l’est de l’Allemagne) se sont déroulées pendant plusieurs jours, des jeunes réfugiés sont démasqués comme terroristes, le secrétaire général de la CSU (le parti conservateur bavarois) n’hésite plus à proférer une déclaration à coloration raciste …décidément l’Allemagne a changé. Pourtant ce serait oublier l’autre face. Celle des bénévoles qui depuis plus d’un an se retroussent les manches… pilotés par les Eglises et notamment l’Eglise catholique.

L’interview de Reinhard Marx, cardinal de Münich, à la deuxième chaine de télévision (ZDF) n’est pas passée inaperçue : « Cela m’a vraiment mis en colère,(…) la discussion des mois derniers durant laquelle on pouvait avoir l’impression que l’important était de se débarrasser du plus grand nombre d’entre eux (les réfugiés) et de les renvoyer sans se pencher sur des solutions concrètes pour (l’origine) des problèmes (…) Tourner le dos aux pauvres, ça n’est pas possible. ». Le cardinal n’est pas n’importe qui, il est aussi le Président de la conférence épiscopale allemande. Autant dire que sa voix compte, d’autant qu’il est populaire. En réalité, le piquant de l’affaire, c’est qu’il taclait la CSU (l’union chrétienne-sociale), elle aussi de Bavière, qui ne cesse d’attaquer Angela Merkel pour sa politique en faveur des réfugiés. Une politique qu’elle a d’ailleurs réorientée depuis longtemps vers un durcissement. Elle a même été jusqu’au rétropédalage public à propos de sa célèbre formule : « nous y arriverons ». Bref, pour qui a été élevé aux mamelles de la laïcité à la française, l’engagement de l’Eglise catholique allemande en faveur des migrants, allant jusqu’à donner publiquement une leçon à un parti politique conservateur, est étonnant – et assez plaisant !

rôle social des Eglises

Il faut savoir que l’Allemagne vit sous le régime du concordat et non de la séparation stricte entre églises et pouvoir politique. L’Etat collecte même un impôt pour les Eglises. Du coup, oh horreur pour les Français, on demande l’appartenance religieuse ou la non-appartenance sur les formulaires officiels. En échange, les Eglises (catholique et protestante) assurent une grande partie des services sociaux : crèches, jardins d’enfants, hôpitaux, écoles etc…Avec près de 600 000 collaborateurs et autant de bénévoles, la Caritas (le Secours catholique) est le premier employeur privé du pays. Ce sont les églises qui ont permis d’absorber le choc du flux de demandeurs d’asile, ce sont elles qui poursuivent encore cet effort au plus près. Sans elles, le chaos se serait installé face à des autorités débordées.

une aide structurée

Les paroisses ont sans doute été inspirées par le message du pape François qui a recommandé « d’intégrer et non de ghéttoïser les migrants » et a lui-même accueilli des familles de migrants au Vatican. Le résultat est en tous cas impressionnant, comme j’ai pu le constater. L’aide se fait au niveau le plus personnel : des parrains et marraines prennent en charge des réfugiés installés par la commune dans leur quartier. Sauf que la ville n’ayant pas le droit de communiquer les données, les associations d’aide qui se sont constituées, essayent de découvrir par le bouche à oreille s’il y a de nouveaux arrivants. Les bénévoles – ils sont de tous âges –  qui acceptent de parrainer une famille ou un réfugié donnent un peu de leur temps pour aider à remplir des formulaires, accompagner dans des démarches administratives ou donner des cours de langue. Mais ils ne sont pas seuls. Ils sont au contraire intégrés à l’association constituée au sein de la paroisse où l’on échange régulièrement sur les difficultés et les progrès des réfugiés installés dans le quartier.

Des cours de langue sont également dispensés par des bénévoles. Les professeurs « d’allemand pour les étrangers » sont rares car ils sont mal payés et n’ont pas de statut convenable. Du coup les cours de langue, obligatoires pourtant, sont engorgés.

Au total, les nouveaux arrivants sont encadrés de diverses manières, les logements fournis par la ville sont immédiatement aménagés par le réseau des volontaires, comme je l’ai vu dans mon quartier. Pas de prosélytisme chez ces chrétiens qui pratiquent la politique de la main tendue mais ils demandent en échange aux réfugiés de s’adapter aux règles du jeu en Allemagne. Cela fonctionne souvent mais parfois il faut accepter l’échec : comme le retour de ce chirurgien dépressif avec sa famille en Irak. « Le mal du pays », m’avait-il dit, vous connaissez ?

copyright elisabeth cadot

Publicités

3 réflexions au sujet de « L’église catholique monte au créneau »

  1. C’est tout à fait exact que le rôle des Eglises, catholique et protestante, a été décisif en Allemagne pour l’accueil des migrants. La hiérarchie catholique rappelle que le droit d’asile est un droit fondamental de la personne humaine, voire un droit sacré. Ceci dit, ce que préconise le Pape et la conférence épiscopale, même en Allemagne, ne rencontre pas forcément le concessus de la majorité des fidèles, y compris des pratiquants. D’où ce phénomène croissant de rejet des réfugiés, même au sein des partis d’obédience chrétienne, comme la CDU et la CSU bavaroise. Malgré l’appel insistant du cardinal Reinhard Marx.

    J'aime

  2. Effectivement, si certaines paroisses sont très actives en faveur des réfugiés, les réticences dans les partis qui s’affichent pourtant comme « chrétiens » sont vives, comme la polémique de la CSU (union chrétienne-sociale) vis-à-vis de la chancelière Merkel l’a montré. La prise de position claire de la hiérarchie catholique n’en n’est que plus frappante. Comme si elle ne voulait pas reproduire le « silence coupable » dont on l’accuse vis-à-vis des Juifs durant la deuxième guerre mondiale.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s