Face au terrorisme, l’Allemagne se raidit

Comment réagir face aux attentats terroristes ? La question qui se pose à la France depuis deux ans n’a fait véritablement son apparition en Allemagne que depuis cet été. Elle se pose avec d’autant plus d’acuité que l’auteur du dernier attentat à Berlin se présentait comme réfugié. En fait il n’y a que quelques options, la réponse militaire, le renforcement législatif ou l’application plus stricte des lois existantes…La discussion est en cours.

Angela Merkel, on le sait, n’est pas du genre à donner des coups de menton. Son discours prononcé au lendemain de l’attentat de Berlin, était empreint d’émotion mais surtout prudent : «Je sais, disait-elle, que cela serait particulièrement difficile à supporter, s’il s’avérait que la personne qui a commis cet acte, était un de ceux qui ont demandé protection et asile à l’Allemagne. Cela serait particulièrement odieux vis à vis de tous ceux qui s’engagent quotidiennement dans l’aide aux réfugiés et pour les très nombreuses personnes qui ont réellement besoin de notre protection et qui font des efforts pour s’intégrer dans notre pays. » La presse allemande a qualifié cette prestation de « faible ». Par opposition « le discours à la Nation » du chancelier Helmut Schmidt datant du 18 octobre 1977, est devenu viral sur You Tube. Il réagissait à l’assassinat par la RAF (Rote Armee Fraktion) de Hans-Martin Schleyer, le patron des patrons de l’époque. Mis à part un vocabulaire un peu plus musclé, Helmut Schmidt parlait de « terroristes aveugles dans leur colère… » je n’ai pas vu de grande différence. A cela une raison majeure : pour les Allemands l’option militaire est absolument impensable. Les images martiales, diffusées en boucle à la télévision française des Rafales allant bombarder Raqqa, fief de Daech en Syrie, au lendemain de l’attentat du 13 novembre 2015 au Baraclan, sont inimaginables. La crainte d’être entraîné dans une guerre domine tout. Quant à la présence de soldats armés jusqu’aux dents et patrouillant dans les villes, façon Vigipirate,  elle est légalement impossible et serait vécue comme un cauchemar. Les Allemands constatent d’ailleurs que les pays qui pratiquent cette politique comme la Belgique ou la France sont tout aussi menacés que l’Allemagne – voire plus.

Impuissance de l’Etat

Si l’option militaire face à la menace terroriste est évacuée, il faut donc envisager d’autres solutions. Pour cela il faut passer à la loupe les causes qui ont mené à la tragédie de Berlin. Et elles sont assez catastrophiques pour la chancelière. Tout d’abord, l’auteur de l’attentat est bel et bien un demandeur d’asile, un Tunisien, arrivé avec le flot incontrôlé de l’année 2015. Mais les constatations gênantes ne s’arrêtent pas là. Comme le résume l’hebdomadaire « der Spiegel » dans son éditorial du 7 janvier, on se demande comment « un demandeur d’asile débouté pouvait être en liberté alors qu’on savait qu’il se radicalisait, qu’il voulait construire une bombe, qu’il cherchait des complices, qu’il voyageait à travers toute l’Allemagne avec de faux papiers et vendait de la drogue pour se procurer de l’argent. » Bref, jamais l’Etat n’a montré autant d’impuissance. Et de ce point de vue, le succès de la vidéo de Helmut Schmidt s’explique. Il déclarait en effet à l’époque : « Les terroristes veulent vider de son sens l’Etat démocratique et la confiance de ses citoyens…L’Etat doit répondre avec toute la dureté nécessaire. »

Ce qui est certain, c’est que l’Allemagne débonnaire et pacifique qui s’était installée depuis le milieu des années 80, est en train de disparaître. Une Allemagne qui après le cauchemar du terrorisme de la RAF (Rote Armee Fraktion) – préférait montrer un visage souriant. On se souvient des grandes manifestations pacifiques (500 000 personnes à Bonn en 1983) où les policiers portaient des fleurs à la boutonnières, de l’émotion de la coupe du monde de Football en 2006, « Un conte d’été » (Ein Sommermärchen ») qui avait réuni tout le pays et accueilli le monde dans une atmosphère détendue et euphorique , « la meilleure coupe du monde avait même salué Kofi Annan, alors secrétaire général de l’ONU » On se souvient aussi de l’accueil souriant et chaleureux des réfugiés en 2015…Tout cela paraît bien loin. Désormais de tous côtés on sent poindre l’exaspération. «  On ne va pas se laisser abattre, mais Merkel paiera » me disait une vendeuse du marché de Noël de Bonn, ouvert au lendemain de l’attentat. Alors à quelques mois des élections législatives, la chancelière doit aller vite . Et voilà que l’Allemagne, sous les coups de boutoir de criminels manipulés par le soi-disant état islamique, remet en cause un de ses fondements : le fédéralisme. Une construction crée par les Anglo-Saxons au lendemain de la seconde guerre mondiale, pour empêcher toute tentation d’un pouvoir fort. Pendant des décades, les Allemands ont accepté et bien vécu avec ce modèle. Mais le ministre de l’intérieur, Thomas de Maizière, veut aller plus loin, au nom de l’efficacité dans la lutte anti-terrorisme : il propose de centraliser les services secrets, c’est à dire de créer en fait une sorte de FBI allemand. Il veut aussi renforcer les compétences du Bundeskriminalamt, la police fédérale. Bref, une nouvelle répartition des pouvoirs entre l’Etat Fédéral et les Länder. Inutile de dire que ces derniers n’ont guère apprécié. La proposition n’est pas encore réalité mais elle marque un tournant. François Fillon estime,  qu’après l’attentat de Berlin « pour l’Allemagne, une certaine idée du pacifisme a vécu ». L’occasion, d’après lui, de plus de coopération avec la France. C’est à voir. Une page de l’après-guerre, l’esprit même de la république rhénane d’Adenauer, est en tous cas, en train de se tourner…

copyright EC

Publicités

Une réflexion au sujet de « Face au terrorisme, l’Allemagne se raidit »

  1. Chaque pays est durement confronté a sa propre capacité de défendre les valeurs de l’Europe – liberté de circulation, solidarité…mais on commence heureusement à réentendre parler de projets d’Europe dans les débats autour de la primaire de gauche en France – y a t il encore place pour cela? On veut le croire

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s