Ensemble « pour » l’Europe

Ils étaient nombreux dimanche sur la Place du marché à Bonn, des familles, des jeunes, des femmes, des hommes qui sous un soleil rayonnant avaient décidé de consacrer un peu de leur temps à l’Europe. Qui l’aurait cru il y a quelques mois ! Un mouvement est né, en Allemagne (voir notices d’Allemagne sur Cologne) et à ma surprise il ne semble pas s’essouffler, mais au contraire il s’est étendu à la France, aux Pays-Bas…

OLYMPUS DIGITAL CAMERALa maison de Beethoven est à deux pas de la Place du marché. Et il me plaît d’imaginer le jeune Ludwig, adepte des idées de la révolution française, foulant à grandes enjambées cette place où nous manifestons pour l’Europe. Quelle serait sa réaction ? L’Histoire m’oblige à dire que ce sont pourtant ces mêmes Français qui, en 1794, l’ont empêché de revenir d’un séjour à Vienne dans sa ville de Bonn, car ils avaient envahi la Rhénanie. Comme par une coïncidence, le théâtre de Bonn jouait justement dimanche soir une pièce relatant cet épisode. L’auteur : un certain Johann Wolfgang von Goethe. Dans sa nouvelle « Entretiens d’émigrés allemands » il évoque la canonnade du siège de Mayence, occupée par les troupes françaises, la terreur et le désarroi d’une famille de réfugiés allemands qui a dû quitter ses biens en catastrophe. Plus de deux cent ans plus tard la canonnade et l’effroi de cette guerre entre Français, Prussiens et Autrichiens ont donc refait surface dans une superbe mise en scène au théâtre de Bonn.

Ces conflits nationaux enfouis dans la mémoire collective et que l’on croyait disparus à tout jamais, semblent désromais moins lointain qu’on ne le croyait, le nationalisme vindicatif refaisant surface de Washington à Paris, de Londres à Varsovie ou Amsterdam. C’est cela qui anime des Européens à saisir l’étendard de l’Europe sur les places publiques, en Allemagne, en France et ailleurs… A Bonn, il y avait de la jubilation dans la foule à se retrouver pour défendre de manière fraternelle une Europe unie.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une chaîne humaine sur la place du Marché à Bonn/photo EC

« On entend en boucle les discours des populistes mais pas la parole des défenseurs de l’Europe » me confiait une jeune femme. Et un manifestant, dans un sourire, expliquait : « cela fait plaisir d’être enfin « pour » quelque chose et pas seulement « contre ». Comme si les Geert Wilders, Marine le Pen, Nigel Farage et autres avaient provoqué exactement l’inverse de ce qu’ils espéraient : un retour « aux valeurs fondamentales de l’Europe, celles de l’Etat de droit, de la dignité humaine et des droits fondamentaux, pour le bien de tous et la paix sur le continent ». Loin des discussions navrantes de la crise de l’euro, en opposition au repli identitaire et au protectionnisme. Un mouvement est né baptisé par ses initiateurs « Pulseofeurope »,  des citoyens veulent se faire entendre : ils l’ont fait dans 35 villes d’Allemagne, mais aussi à Amsterdam, Bruxelles, Paris et pour la première fois Lyon, Montpellier et Strasbourg et même à…Bath, au Royaume -Uni !

WP_20170312_006

A Bonn, comme à Cologne ou ailleurs, chacun avait droit à la parole. Il suffisait de monter à la tribune – une petite estrade improvisée sur une camionnette de jardinier – et d’expliquer pourquoi il était là. On a pu ainsi entendre, entre autres, un père expliquer que sa fille voulait étudier à Amsterdam, et que l’Europe justement facilitait ce genre de cursus. Une jeune femme parlait de son expérience Erasmus. Une journaliste expliquait les détails de la politique européenne en invitant à ne pas se fier aux paroles simplistes des populistes et surtout à agir en tant que citoyen…Enfin une association qui a des contacts avec le mouvement d’Emmanuel Macron En Marche, invitait à faire un tour à vélo jusqu’à Strasbourg pour « montrer aux Français l’importance de l’Europe ». Comme nous sommes à quelques jours de l’élection aux Pays-Bas, un slogan « du Gouda pas Geert » s’étalait sur des pancartes. Et c’est une Néerlandaise qui pour conclure a entonné avec les manifestants l’Ode à la joie avant  qu’une chaîne humaine se forme, accompagnée d’un lâcher de ballons aux couleurs de l’Europe. Les mânes de Beethoven flottaient décidément sur la place du marché, ce jour-là…

Copyright EC

Publicités

4 réflexions au sujet de « Ensemble « pour » l’Europe »

  1. Hier, je ne pouvais pas être avec Pulse of Europe à Paris. Alors, sur le piano de la maison où je me trouvais, j’ai joué plusieurs fois l’Ode à la joie entre 15 h et 16 h. « Faire avec les moyens du bord »…

    J'aime

  2. A Cologne l’ambiance était formidable. Des drapeaux européens, des musiciens, l’Ode à la joie chanté à tue-tête, des « Yes we care! », tout cela au cours d’une marche autour de la cathédrale et jusqu’au Rhin, autre symbole fort de notre Europe.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s