Ces femmes qui donnent le ton en politique

Cela ne vous aura pas échappé, onze candidats, dont deux femmes seulement se présentent à la présidentielle française. C’est peu. Et en Allemagne, me direz-vous ? Trois femmes politiques, focalisent actuellement l’actualité. Elles sont situées dans une sorte de triangle, Berlin, Sarrebrück et Düsseldorf.

Berlin d’abord. Pas besoin de la présenter, évidemment, la chancelière Angela Merkel, qui est candidate à une nouvelle législature, est une des femmes les plus puissantes du monde. Cela n’a pas toujours été le cas. Le hasard veut que je me sois d’ailleurs trouvée – en tant que journaliste – dans la file d’attente d’une cantine en même temps qu’elle, il y a fort longtemps. Angela Merkel était loin encore de la chancellerie certes, mais déjà une personnalité politique d’importance. Et pourtant, elle faisait la queue comme tout le monde, habillée sans chichi, sans effet ostentatoire. Pas de recherche de « look » comme on dit aujourd’hui. Pourtant c’est bien elle, lorsqu’à éclaté en 1999 le scandale des pots de vins versés à la CDU (l’union chrétienne démocrate) qui a liquidé « le père », l’inamovible chancelier Kohl, surnommé le géant du Palatinat.

angela-merkel-60603_1280

Angela Merkel/Pixabay.com

Celle que Kohl avait pris sous son aile et appelait sur un ton paternaliste « das Mädchen », « la jeune fille ». Une jeune fille à la mode RDA, chemisiers à ruche et coiffure plate, mais qui était à peu près la seule non compromise dans cet énorme scandale. Elle a eu le cran de se distancer publiquement du leader de la CDU. Le 16 février 2000, elle prend les rênes de ce vieux parti, ébranlé jusqu’à la moelle. Et c’est le début de son extraordinaire carrière. Le deuxième événement marquant est l’élection de 2005 où la CDU -son parti – gagne de justesse contre le SPD (parti social démocrate) mené par le chancelier de l’époque Gerhardt Schröder. La soirée électorale marquera l’histoire de la télévision allemande, les téléspectateurs découvrent médusés l’arrogance d’un Gerhardt Schröder, caricature du machisme face à une Angela Merkel, timide mais calme qui maintient qu’elle a gagné. Ce sera bien elle la chancelière… pour les 12 prochaines années ! Son calme légendaire ne l’a pas quitté, elle a pris des rondeurs, s’est transformé en « Mutti » comme l’appelle avec affection ou exaspération les Allemands. Mais elle est toujours là…

Un Land poids lourd

A l’ouest de la république, sur les bords du Rhin, à Düsseldorf, c’est une autre « Mutti » qui règne. Hannelore Kraft, largement inconnue en France, est la présidente (Ministerpräsidentin) de la région la plus peuplée d’Allemagne – 17 Millions d’habitants, la Rhénanie du nord-Westphalie. Autant dire qu’elle pèse lourd. Les élections régionales qui s’y déroulent le 14 mai prochain ont valeur de test pour les législatives à l’automne.

dusseldorf-626267_1280

Le (Landtag) parlement de Düsseldorf/Pixabay.com

Hannelore Kraft, chef du parti social démocrate (SPD) de ce Land, conservera-t-elle son poste de présidente qu’elle détient depuis 7 ans déjà ? Sa victoire et celle de son camp serait un soutien majeur pour le candidat Martin Schulz, adversaire de la chancelière. C’est donc un peu en différé et à distance un combat entre deux femmes qui se dessine. Un combat politique, car en tant que personnalité, on peut leur trouver des ressemblances. A 55 ans, Hannelore Kraft n’a rien de « people » en effet, elle est considérée comme humaine et simple, quelqu’un qui comprend les soucis des gens (« Kümmerin ») et qui sait donc les attirer. Et même si son salaire est le plus conséquent de celui de tous les ministres-présidents, on ne lui connaît pas d’affaires ou de comportement tapageur. Son bilan étant mitigé, les stratèges de son parti espèrent « l’effet Kraft », autant dire l’effet sympathie. A voir.

Mini-Merkel

Et pour terminer, Sarrebrück dans la Sarre, minuscule état de 2570 kilomètres carrés qui sert de comparaison lorsque l’on désire visualiser quelque chose de très petit. On dit en Allemagne « grand comme x fois la Sarre ». L’élection qui vient de s’y dérouler ne concerne que 1 million de personnes mais elle a pris une dimension politique nationale car elle était la première après la nomination de l’adversaire de la chancelière, le social démocrate Martin Schulz. Un candidat qui a déclenché un engouement sans pareil, frisant l’hystérie. Pourtant c’est une femme, la chef de gouvernement de ce Land, qui a donné un coup de frein à cette envolée. Elle a un nom impossible à retenir, voir à prononcer, Annegret Kramp-Karrenbauer. Depuis 2011 elle dirige ce Land pour la CDU et vient de gagner l’élection régionale avec 40,7% des voix, défiant les sondages et redonnant du punch au parti de la chancelière. Annegret Kramp-Karrenbauer est d’ailleurs surnommée la mini-Merkel. Cette catholique de 55 ans, discrète et efficace, penche plutôt à gauche mais défend des positions sociétales très conservatrices, refusant par exemple le mariage pour les homosexuels. Plus positif : elle tient beaucoup au travail commun, par delà la frontière, avec la France. Elle a même proposé d’établir le français comme deuxième langue officielle de ce Land! Encore une adepte du sans chichi, le visage caché par d’épaisses lunettes… mais on parle d’elle comme la dauphine de la chancelière, qui est parait-il son amie.

copyright ec

Publicités

Une réflexion au sujet de « Ces femmes qui donnent le ton en politique »

  1. Un texte bien agréablement écrit, Elisabeth. Quant à l’ « effet Schulz », ne serait-ce pas une pure invention des médias ? Les premiers sondages après sa candidature étaient certes surprenants, mais l’omniprésence de cet « effet Schulz » dans la presse est vraiment ridicule. Des mots qui n’apportent rien dans un article, ça ne devrait pas passer la relecture 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s