Le « Grand débat » vu d’Allemagne

 

Quand on est Français de l’étranger, il faut beaucoup de volonté pour suivre les débats de la présidentielle. C’est d’autant plus choquant que l’on est fortement sollicité pour aller voter. Pour le premier débat, impossible de suivre TF1 en direct par l’intermédiaire d’un cablo-opérateur, comme c’est le cas pour France 2. La chaîne ne diffuse pas à l’étranger (1). Reste donc l’internet. Or, comme on le sait, ce type de liaison sature vite. Bon, finalement banco, j’y suis arrivée. Je vous livre quelques impressions et des points de vue de la presse allemande…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vu d’Allemagne, le débat avait des aspects inquiétants. Mais aussi vivifiants. Alors je commence par le positif : onze candidats qui débattent pendant plus de trois heures de manière courtoise – même si des piques sont échangées -, cela témoigne d’une culture politique ancienne et vivante. C’est réjouissant et inimaginable sous cette forme en Allemagne. Personnellement je me suis beaucoup moins ennuyée qu’au premier débat car les soi-disant « petits candidats » ont amené de l’ authenticité et quelques réflexions pertinentes. Par exemple Philippe Poutou dénonçant sans prendre de gants les affaires de Francois Fillon, – on le rappelle, mis en examen pour emplois fictifs présumés – et l’attitude de Marine le Pen qui a refusé de se rendre à une convocation de la justice. Avec une formule qui fait mouche « il n’y a pas d’immunité ouvrière » . Quant au remake d’Arlette Laguiller – l’un des candidats a même commis cette erreur de nom -, je parle donc de la trotzkiste Nathalie Arthaud, elle a eu le mérite de dénoncer le rôle de bouc émissaire que nos politiques font volontiers endosser à l’Europe ou à Bruxelles pour souligner au contraire le jeu des grands groupes internationaux dont les fortunes ne cessent de s’accroître alors que l’on demande des sacrifices au reste de la population, retraités, précaires, petits salaires etc…Même si la ritournelle était lassante, c’est un débat qui est également mené en Allemagne. Voilà pour le côté positif, de mon point de vue. Beaucoup plus inquiétant était la dénonciation de l’Europe par une majorité de candidats « eurosceptiques » assortie de l’accusation « d’aller prendre ses ordres chez Merkel ».

Impression de fouillis

Alors qu’en disent les Allemands eux-mêmes ? Ont-ils tout simplement regardé ce débat si long ? Et bien oui, sous le titre assez humoristique « le Grand Durcheinander » qu’on pourrait traduire par « Le grand bazar », Alexander Oetker correspondant politique au bureau de Berlin de RTL et auteur de romans policiers qui se déroulent en France, n’est pas tendre. Une phrase retient mon attention dans son commentaire diffusé sur N-tv: « A la fin de cette soirée on aura entendu à maintes reprises l’exigence de sortie de l’Union européenne, le budget de la défense aura été plusieurs fois multiplié par dix – sur le papier – et une classe politique corrompue se sera commuée en Messieurs propres. » Dans sa longue analyse, il constate qu’aucun des candidats ne donne de réponse convaincante sur la manière de lutter contre le chômage beaucoup plus élevé qu’en Allemagne, explique-t-il à ses lecteurs. Emmanuel Macron serait, d’après lui resté « vague » et plutôt « fade ». Marine le Pen aurait presque fait figure de « réaliste », car la gauche lui est apparue comme « des esprits confus d’un autre temps ». Bref, une conclusion qui n’est pas faite pour rassurer nos voisins très inquiets de la marche de notre pays.

Du côté de la gauche allemande, le verdict est-il plus tendre ? Le quotidien die Taz online (en quelque sorte le Libé allemand) s’étonne aussi de cet incroyable marathon et titre le « Speed-dating des candidats ». Le correspondant a semble-t-il ressenti, comme son confrère, une impression de confusion générale, de bataille « comme au comptoir d’un café  où chacun veut imposer à l’autre ses positions. » Pour lui, Marine le Pen a eu du mal à « dérouler ses thèses anti-immigration et anti-musulmans ». Et sur l’Europe, comme on le sait, elle a été largement doublée ! Bref, une prestation assez piteuse mais « qui ne reflète pas les sondages », précise le correspondant.

Fracture nord sud

Le Spiegel online titre, lui,  « onze candidats, quatre heures, un vainqueur » (Elf Kandidaten, vier Stunden, ein Sieger). Et dans le sous-titre, quelques mots en forme de verdict : « Pas une bonne idée ». L’article déplore l’impression de chaos donné par ce format. C’est donc à peu près le même son de cloche qui se fait jour à travers la presse allemande et cela n’étonnera personne!

herring-967778_640

Le hareng, une spécialité de la Baltique apprécié par Bismarck – et Angela Merkel. Qualifiée de « poison allemand » par Mélanchon. Imaginons l’inverse en France! (photo Pixabay.com)

Nénamoins l’article reprend la prestation de chaque candidat et constate la « verve » du candidat Jean-Luc Mélenchon, qui, précise l’auteur de l’article, veut en finir avec « la politique d’austérité de l’Europe ». Sans doute pour rassurer ses lecteurs, l’auteur souligne aussi la petite phrase du candidat : « Les Allemands sont nos alliés, pas nos ennemis ». Ça alors pour une nouvelle, c’est une nouvelle ! Pourtant le doute est permis car c’est bien ce même candidat qui a produit en 2015 un pamphlet au vitriol intitulé « le Hareng de Bismarck – le poison allemand » (Edition J’ai Lu). Cet opuscule s’en prend violemment au modèle allemand et montre surtout une incompréhension, voire un mépris accablant pour le fonctionnement et la culture des gens du nord. Avec en corollaire une célébration inquiétante de la Grèce par exemple. Pas sur que les Espagnols aient la même interprétation du Méditerranéen, comme looser économique…C’est cette ligne de fracture qui pourrait, si l’on n’y prend garde, effectivement faire exploser l’Europe.

 

(1) Renseignement pris auprès de la chaîne TF1 : l’information et les événements de ce type sont transmis sur le site internet de LCI qui fait partie du groupe TF1. Il suffit donc de cliquer sur LCI. Par ailleurs il semble en effet y avoir eu des difficultés de transmission, au démarrage du débat. Elle seront corrigées à l’avenir, m’a-t-on assuré!…

Copyright texte et photo EC

 

Publicités

7 réflexions au sujet de « Le « Grand débat » vu d’Allemagne »

  1. Les Français de l’Etranger ne reçoivent-ils pas les articles de presse assez détaillés de droite ou de gauche pour se faire une idée ? Il faut dire qu’ils avaient voté si j’ai bien compris naguère Hollande, et se préparent si l’on en croit les augures – parfois gauchis – à voter Macron. Cela dit je suis d’accord avec vous sur l’impression de fouillis et la différence « civilisationnelle » ou « sociétale » comme disent aujourd’hui les Trissotins entre l’Allemagne et la France. Inquiétant.Si l’Europe avait pour ciment la culture commune, ce serait peut-être différent. Mais au mot culture, on tire ses boules quiès.

    J'aime

    • Depuis l’arrivée de l’internet, les Français de l’étranger peuvent en effet lire en ligne leurs journaux préférés,- sans oublier les bons services de la culturetheque des Instituts français. Mais un débat télévisé ouvre la possibilité de l’image:un geste, un regard en disent parfois plus que les mots. A propos de Trissotin d’ailleurs, il faut noter que la culture est la grande absente de cette campagne!

      J'aime

      • En effet. Il pleure dans mon coeur…! Soyons honnête pourtant le sujet de l’enseignement a été abordé lors du débat des cinq candidats…ce qui ne fera peut-être pas beaucoup avancer le sujet

        J'aime

      • einmal ist keinmal ; le sujet est à la base de toute discussion sur l’identité, la sécurité, le chômage – comment employer un illettré dans bien des métiers ? – et toute vision de l’avenir des enfants donc du pays. En Allemagne est-ce d’ailleurs beaucoup mieux ? L’Europe commence à l’école …

        J'aime

  2. Vous parlez de la difficulté de voir les débats mais TF1 peut se voir en direct depuis leur site officiel, de même pour BFM. Et en plus, les deux débats étaient disponibles en direct sur youtube sur leurs chaînes respectives. C’est de cette manière que j’ai suivi les deux débats tout en vivant en Allemagne.

    Je vous le dit au cas où vous ne saviez pas, pour le prochain débat.

    J'aime

    • Merci beaucoup pour votre aide. Je ne suis pas la seule à avoir éprouvé ces difficultés. Je suis sur le site officiel de Tf1, sur le direct et ne peux rien voir. Mais peut-être n’y a-t-il rien à voir! J’essayerai à nouveau plus tard. Quant au site LCI, il était ok l’après midi mais à l’heure du démarrage du débat, plouf, saturé! Ca s’est décoince plus tard…En tous cas chez moi
      Finalement j’ai eu des précisions directement par le groupe TF1 que j’ai mises en ligne dans une note. Cela pourra servir à éclairer d’autres lecteurs!
      Merci pour votre contribution

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s