Au pays du suspense

 

L’Allemagne, un pays ennuyeux? C’est désormais un cliché à revoir car c’est en fait le pays du suspense ! Plus de cinq mois après les élections, c’est le quitte ou double pour une éventuelle coalition avec Angela Merkel : les militants du parti de gauche social-démocrate, SPD, doivent donner leur réponse d’ici le début mars. Mais une autre décision est très attendue : celle de la justice sur une éventuelle interdiction des diesels en ville…Suspense encore !

Quoi de commun entre ces deux décisions, me direz-vous ? A priori pas grand chose. Sauf que toutes deux influent sur l’avenir de l’Allemagne – et peut-être au-delà. En ce qui concerne le gouvernement, la répartition des postes s’est déjà négociée entre les éventuels partenaires de coalition. Ce qui a provoqué des cris d’orfraie du côté des conservateurs d’Angela Merkel s’estimant

lésés parce qu’ils perdraient le ministère des finances. Du coup, on a parlé de la faiblesse de la chancelière, de la fin d’un règne, du nécessaire renouvellement du parti. De l’importance d’un changement de génération à la Macron. Les jeunes faucons ont sorti leurs couteaux. Jens Spahn, 37 ans, plus jeune député à avoir été élu, en fait partie. Il est connu pour ses positions économiques libérales et conservatrices en ce qui concerne les valeurs. Ceci dit, il est s’est positionné pour le mariage pour tous dont il a profité d’ailleurs, car il a pu épouser son compagnon. La chancelière a d’ores et déjà réussi un joli coup en prenant tout le monde par surprise : elle a nommé, Annegret Kramp-Karrenbauer, celle que l’on surnomme la mini-Merkel, au poste de secrétaire général du parti. Cette ministre-président de la Sarre, francophile et mère de famille, tout sauf glamour, a brillamment remporté l’élection de son Land. Elle y renonce par sens du devoir et ressemble beaucoup à une dauphine d’Angela Merkel. A 53 ans, cette femme d’expérience et de caractère, pourrait damer le pion aux jeunes loups.

De l’autre côté, au SPD, les couteaux sont aussi de sortie. Les jeunes des Jusos sont entraînés par Kevin Kühnert, 28 ans, pour un #NoGroko-Tour. Ils veulent un « vrai changement politique.Un nouveau départ pour avec le SPD ». Bref, pas question de grande coalition (Groko) avec Angela Merkel. Inutile de dire qu’ils réclament leur renouvellement du personnel du SPD. Lequel personnel se déchire sous les yeux stupéfaits de l’Allemagne. Les rivalités pour les postes et ministères éclatant au grand jour, torpille ainsi le bon résultat de la négociation avec les conservateurs. Les sondages dégringolent, le SPD serait avec 15% au même niveau d »adhésion dans l’opinion publique que le parti d’extrême-droite AFD (Alternative für Deutschland). Et le chefdu SPD, Martin Schulz, qui se vantait volontiers de ses coups de téléphone avec Macron, a dû démissionner. Alors…, alors il ne reste plus qu’à attendre le résultat du vote des 450 000 militants de base. Suspense, suspense… !

Et puis, ohlàlà, les diesels pourront-ils continuer à circuler dans les grandes villes allemandes ? Je vous en avais déjà parlé dans Bonn, la capitale du climat respire mal, les taux de dioxydes d’azote relevés en 2017 dans quelques 70 d’entre elles dépassaient, selon l’Office fédéral de l’environnement, les seuil autorisés. Sur des artères particulièrement polluées à Stuttgart ou Münich, les taux moyens atteignent même le double !

dig

Le carnaval, pour aider à comprendre! Photo EC

La puissance du lobby de la voiture en Allemagne étant ce qu’elle est, le gouvernement s’est dépêché…de ne rien faire ou presque. Résultat : Devant l’inaction des pouvoirs publics, l’association de défense de l’environnement, la Deutsche Umwelthilfe (DUH) a porté plainte contre 16 villes allemandes pour non respect des normes environnementales. En première instance les tribunaux administratifs de Düsseldort et de Stuttgart lui ont donné raison en arguant qu’il existe en Europe « un droit à l’air propre » garanti pour chaque citoyen. C’est au tribunal administratif Fédéral (Bundesverwaltungsgericht) de prononcer désormais une décision de principe : les villes peuvent-elles interdire la circulation de certains diesels ? Le suspense est donc à son comble. Car si les juges confirment, cela menacerait les anciens diesels soit près de 10 millions de véhicules de norme 4 ou 5! Transports en commun gratuits, électrification des flottes de bus, mise à jour logicielle, voire plaquette bleue, les propositions ne manquent pas pour dominuer la pollution de l’air. Mais les réticences à les mettre en place montrent le manque de volonté politique. En attendant, les juges trancheront. Et, inutile de dire que les véhicules de marque française seraient touchés comme les diesels allemands.

copyright EC

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s