Faut-il aider la Grèce?

Il a beau s’appeler « planet Hellas – the greek modern style » le restaurant grec de mon quartier avec ses caoutchoucs poussiéreux en vitrine ressemble beaucoup à une gargote allemande des années 50-60. Il ne paye pas de mine, mais il est là depuis toujours. Normal en quelque sorte.

Plus de 30% des Grecs vivant en Allemagne sont des petits entrepreneurs. Ils contribuent au dynamisme de l'économie

Plus de 30% des Grecs vivant en Allemagne sont des petits entrepreneurs. Ils contribuent au dynamisme de l’économie

Pourtant malgré la banalité de la relation entre Grecs et Allemands, rien n’agite autant les passions que le débat sur l’aide à ce pays. Un conseil : évitez ce thème qu’il lors d’un dîner : cela risque de se terminer très mal. Et cela fait six ans que cela dure, aussi longtemps que la crise. Il m’a fallu, je le reconnais, un certain temps pour comprendre le fond du problème en 2008 : « Vous voulez perdre tous vos acquis sociaux ? » me jette à la figure une collègue lors des premiers plans d’aide aux pays en détresse – au premier rang desquels la Grèce. Depuis, les arguments « Nous ne sommes pas la vache à lait de la Grèce » ou «  Pourquoi ne payent-ils pas leurs impôts comme tout le monde ? » sont répétés en boucle. Pour de nombreux Allemands la gabegie de la gestion étatique grecque – jusqu’à la manipulation des chiffres présentés en son temps à la commission européenne– est insupportable. Des arguments orchestrés et savamment amplifiés par le journal populiste à grand tirage « BILD ». Lire la suite

Publicités

Comment vivre avec les réfugiés

Un endroit pour se retrouver dans la diversité/fevrier 2015 elisabeth cadot

« MIGRApolis » à Bonn : un lieu pour se retrouver dans la diversité/fevrier 2015/ photo elisabeth cadot

 

 

 

 

 

 

 

 

Des manifestations qui rappellent celles du Ku Klux Klan, et cela en Allemagne … de quoi en avoir un haut-le-cœur. C’est pourtant ce qui vient de se passer en pleine Ruhr  – autrefois le cœur de l’industrie lourde et de ses syndicats . Une vingtaine de néo-nazis, pour certains cagoulés, torches à la main et vociférants ont défilé, le 6 février dernier, à la nuit tombée devant un foyer de demandeurs d’asile de Dortmund. Sur leur vidéo en ligne, on ne peut voir que des silhouettes mais les braillements menaçants sont audibles sur la bande-son. Les images diffusées et commentées à la télévision publique (ARD) interpellent…

Lire la suite